Rena YAMAGUCHI – “Réflexions autour du terme bunkazai 文化財 (bien culturel)”

Rena YAMAGUCHI est étudiante japonaise en Master 2 Ville et Environnements Urbains à l’Université de Lyon, spécialisée à la croisée des disciplines de l’histoire de l’architecture et des études patrimoniales. Envisageant de poursuivre en doctorat, son enjeu est d’approfondir la réflexion sur le « patrimoine » au Japon en utilisant une grille de lecture occidentale.

Résumé de l’intervention du 07 octobre 2022

Cette présentation intitulée « Réflexions autour du terme bunkazai 文化財 (bien culturel) » est basée sur le stage recherche que j’ai effectué du 10 mars au 31 août 2022 au Laboratoire Lyon Architecture Urbanisme Recherche (LAURe), encadré par Delphine Vomscheid, enseignante-chercheuse en histoire de l’architecture du Japon (ATER, Université Paris Cité). Mes recherches ont pour objectif de décrire l’évolution conceptuelle du terme « bunkazai 文化財 (biens culturels) » depuis son apparition au début du XXe siècle, ainsi que de dévoiler les usages des termes patrimoniaux au Japon. Pour cela, j’ai analysé une littérature scientifique et législative principalement japonaise, ainsi que des plans locaux de protection et de valorisation patrimoniales.

Premièrement, après avoir consulté une vingtaine de travaux scientifiques sur le terme bunkazai, j’ai observé un glissement sémantique en deux étapes : au début du XXe siècle, il prend le sens du mot allemand « kulturgüter », portant donc un sens philosophique et économique, puis à partir de 1950, année marquée par la promulgation de la loi bunkazai hogo hō 文化財保護法 (Loi de Protection des biens culturels), il se rapproche du sens anglo-saxon de « cultural property », y attribuant dès lors une valeur législative et patrimoniale. Nobuo Itō, historien de l’architecture, souligne par ailleurs l’influence de l’évolution sémantique du terme « bunka 文化 (culture) » dans le développement du « bunkazai ». Selon lui, on passe d’une signification centrée sur les actions humaines évoluées à celle qui englobe le mode de vie humain et la culture fondamentale (kisō bunka 基層文化). Cette évolution a pour effet le développement des études historiques, archéologiques et folkloriques sur le patrimoine, ainsi que des mobilisations citoyennes pour la protection des quartiers historiques. La notion de bunkazai se développe donc non seulement par les modifications des lois patrimoniales, mais également par des dynamiques scientifiques et citoyennes. Par ailleurs, les historiens japonais s’emparent également du sujet. Selon Kenjirō Nakamura (2000), historien-philosophe du Japon, le bunkazai est un bien évolutif dans le temps, dont la valeur patrimoniale n’est jamais absolue ni universelle, mais doit être constituée par la société qui l’observe et le perçoit. Nous voyons ici une volonté de considérer la valeur conceptuelle de bunkazai, le rapprochant alors du « patrimoine » au sens français. Il m’est apparu néanmoins que ces études japonaises ayant une approche patrimoniale au sens large restent marginales. De même, la majorité de celles-ci ne traitent que de l’époque située après l’occidentalisation du Japon, c’est-à-dire depuis la fin du XIXe siècle, l’époque où les termes occidentaux, tels que « bunka », « geijutsu 芸術 (art) » et « kenchiku 建築 (architecture) », ont été importés dans le pays.

Deuxièmement, l’analyse terminologique des plans de protection et de valorisation des biens culturels à trois échelles différentes (recommandation nationale, 39 plans départementaux et 72 plans municipaux) me dévoile deux phénomènes. Tout d’abord, la plupart des termes relatifs au patrimoine n’ont pas de signification unique ou consensuelle, mais varie en fonction des enjeux de chaque collectivité locale. Par exemple, le terme « fukugen復元 (reconstruction) » est employé le plus souvent dans le contexte de la reconstruction des monuments historiques disparus comme les donjons, mais il est également appliqué à l’environnement, au paysage naturel ou culturel, à l’architecture existante, à l’œuvre d’art ou encore au patrimoine immatériel comme la cuisine et le mode de vie folklorique. Il désigne en effet la restitution d’un bien matériel ou immatériel disparu ou non. Cette diversité sémantique peut être également expliquée par son mode de représentation : la restitution se fait en maquette, réelle ou virtuelle, ou encore par la reconstruction matérielle du bâti, signifiant parfois le déplacement puis la reconstruction d’un bien. Les historiens japonais de l’architecture désignent d’ailleurs cette dernière pratique plutôt par le terme de « fukugen 復原 (restauration) », dont la graphie est différente. Le deuxième phénomène observé est que les collectivités locales, qui établissent les plans patrimoniaux, ont tendance à créer leurs propres termes dont la définition dépasse les cadres législatifs déterminés par l’État, plutôt qu’à élargir la signification du terme bunkazai. Cela veut dire qu’elles considèrent ce dernier comme un terme législatif défini par la Loi de Protection des biens culturels, et qu’elles tentent de définir leur propre patrimoine à travers la création de nouvelles catégories. Cette pratique peut être interprétée comme une volonté de lier la gestion des biens culturels avec le développement local économique, touristique ou encore culturel, en mettant en avant l’utilité publique du patrimoine. Cela me semble avoir pour effet la décentralisation des politiques patrimoniales initiée depuis les amendements de 1975 et 1996, par lesquels l’État encourage les acteurs locaux à prendre en charge la protection et la valorisation de leurs biens culturels.

En résumé, il n’existe pas au Japon de terme à la richesse historique et conceptuelle similaire à celui de « patrimoine » en langue française. Si la terminologie patrimoniale utilisée dans la littérature scientifique, telle que « bunkazai » ou « bunka isan 文化遺産 (patrimoine culturel) », est d’origine occidentale, ces premières recherches me permettent néanmoins de construire l’hypothèse d’une évolution conceptuelle du patrimoine propre au Japon. Cette notion semble se développer par les dynamiques des pratiques patrimoniales aux échelles locale et nationale, en passant notamment ces dernières années par la conception de nouveaux types de patrimoine local. Ainsi, l’application du terme français « patrimoine » au contexte japonais peut contribuer non seulement à l’affranchissement de ses cadres temporels, législatifs, ou encore académiques, mais également à la réflexion plus conceptuelle sur le patrimoine au Japon.



Citer ce billet
Delphine Vomscheid (2023, 29 janvier). Rena YAMAGUCHI – “Réflexions autour du terme bunkazai 文化財 (bien culturel)” Japon(s) & Patrimoine(s). Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vkkx

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search