Lucie Faerber — L’éducation alimentaire au service de la transmission et la promotion du washoku : le cas des ateliers de cuisine pour enfant du centre culturel culinaire à Obama (Fukui, Japon).

Lucie Faerber est étudiante en Master 2 d’anthropologie à l’université Paris X Nanterre. Elle revient d’un terrain de plusieurs mois au Japon dans la ville d’Obama et nous livre les premiers résultats de son enquête ethnographique autour de l’éducation alimentaire qui rime également avec promotion d’un patrimoine culinaire local.

Photographie de Lucie Faerber.

Résumé de l’intervention du 22 septembre 2023 :

En 2001, Obama, une commune portuaire japonaise située sur la baie de Wakasa à l’ouest du département de Fukui, adopte un arrêté instituant le développement d’une politique de la ville autour de l’alimentation (食の町づくりの条例 Shoku no machizukuri no jôrei). Il s’agit du premier arrêté municipal de cette envergure dont l’objectif est de faire tourner un ensemble de secteurs d’activité par le biais de l’alimentation. Cette politique de la ville s’appuie sur l’histoire d’Obama, autrefois appelée Miketsukuni 御食国 pour avoir pourvu les capitales de l’époque de Nara et de Heian en maquereaux et autres ressources halieutiques. Leur acheminement était rendu possible par la présence de plusieurs « routes du maquereau » (鯖街道 saba kaidou) qui reliaient la baie de Wakasa à ces grands centres urbains. Les ambitions de cette politique de la ville se matérialisent en 2003 par la construction d’un complexe multifonction opérant aussi bien sur le plan touristique, patrimonial, éducatif et urbanistique : le Centre culturel culinaire d’Obama (御食国若狭おばま食文化館 Miketsukuni wakasa obama shokubunkakan). Il se divise en deux ensembles : le premier héberge un spa et un réfectoire, tandis que le second présente une partie muséale, un studio de cuisine et un atelier d’artisanat.

Suite à l’inscription de la gastronomie japonaise (和食 washoku) au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO en 2013, le centre culturel culinaire se lance dans des plans de rénovation de son exposition permanente de manière à s’accorder avec la définition portée par l’UNESCO. Loin de se limiter aux cartels du musée, l’exposition se prolonge dans les cuisines du studio, offrant au visiteur un cadre unique pour découvrir des mets vitrifiés. Au cours d’un terrain mené sur deux mois, je me suis d’une part intéressée à la mise en scène du patrimoine gastronomique local, considéré comme représentant de la gastronomie japonaise, au sein de l’exposition permanente. J’ai mené d’autre part l’ensemble de mes observations ethnographiques lors d’ateliers de cuisine obligatoires pour tous les enfants de dernière section de maternelle de la commune à raison d’une fois par an. Ces ateliers de cuisine sont intégrés dans le cursus scolaire en tant que temps d’éducation alimentaire (義務食育 gimu shokuiku) et sont l’occasion d’initier les enfants au washoku. L’objet de mon mémoire porte sur l’activité éducative et muséale du centre culturel culinaire, entre valorisation de son patrimoine gastronomique local et transmission de la gastronomie japonaise, comme moyen de redresser Obama au rang de berceau du washoku dans un contexte où le poisson emblématique de la commune – le maquereau – à l’origine de plusieurs spécialités régionales ne se pêche plus.



Citer ce billet
Alice Berthon (2023, 23 septembre). Lucie Faerber — L’éducation alimentaire au service de la transmission et la promotion du washoku : le cas des ateliers de cuisine pour enfant du centre culturel culinaire à Obama (Fukui, Japon). Japon(s) & Patrimoine(s). Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vkkz

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search