Céline PISSELOUP – “Mesure, proportions et règles de construction de l’architecture des élites au Japon aux XVIe et XVIIe siècles – L’enseignement du manuel de charpenterie Shōmei

Céline PISSELOUP est doctorante sous la direction de Nicolas Fiévé à l’EPHE (ED572)/CRCAO, dans le domaine de l’histoire de l’architecture médiévale japonaise, en particulier l’habitat des élites et l’histoire de la charpenterie. Son travail porte sur la traduction et l’analyse du Shōmei 匠明, manuel de maître charpentier du début du 17e siècle.

Résumé de l’intervention du 27 janvier 2023

Cette présentation est issue de mon travail de thèse, débuté en Octobre 2019, sous la direction de M. Nicolas Fiévé. Je m’intéresse au manuel de charpenterie Shōmei 匠明, titre que l’on peut traduire littéralement par « la lumière du maître charpentier ».
Depuis l’antiquité, les maîtres charpentiers supervisent l’essentiel de la construction des bâtiments dans l’archipel japonais. Leur rôle de concepteurs, comparable à celui de maîtres d’oeuvres, est essentiel dans l’établissement de la culture architecturale japonaise prémoderne. Cependant, leur savoir-faire est longtemps transmis uniquement à l’oral ou gardé secret.
À partir du XVIIe siècle, commencent à apparaître des écrits sur les proportions et mesures à donner aux bâtiments appelés 木割り書 kiwari-sho. Le texte qui nous intéresse ici, le Shōmei, en fait partie. Il a été rédigé par les Heinouchi en 1608. Composé de 5 rouleaux, il constitue le premier exemple de recueil de modèles complet et systématique. Document secret et précieusement conservé, il contient les instructions nécessaires à la conception de tous les bâtiments supervisés par les maîtres charpentiers. Ce savoir y est organisé sous la forme de listes d’articles classés de manière réfléchie. Par ailleurs, les Heinouchi y ont ajouté des textes destinés à ancrer la pratique de la charpenterie dans l’histoire réel et mythique du pays.
La tentative des Heinouchi d’écrire un manuel de référence complet destiné au maîtres charpentiers de leur famille nous éclaire alors non seulement sur l’état de la pratique en leur temps et leur rapport au patrimoine architecturale, mais aussi sur les logiques qui sous-tendent la création d’un tel texte.



Citer ce billet
Myriam Akian (2023, 27 janvier). Céline PISSELOUP – “Mesure, proportions et règles de construction de l’architecture des élites au Japon aux XVIe et XVIIe siècles – L’enseignement du manuel de charpenterie Shōmei. Japon(s) & Patrimoine(s). Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vkkw

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search